Archives pour la catégorie Matériel

Le matériel, comment le choisir, comment le choisir, comment l’utiliser et pour quoi faire !

[Tuto] 6 astuces pour vos tournages

Que vous soyez indépendant, que vous ayez un assistant plateau, ou ou assistant camera, il faut toujours savoir être un homme (ou une femme) de la débrouille sur un tournage. J’ai compilé pour vous quelques astuces que j’ai pu apprendre au fil du temps ! C’est parti !

1) Le stylo gaffeur.

Sur un tournage, l’accessoire le plus utile pour tout le monde,c ‘est le gaffeur, le ruban adhésif, le duct-tape, mais avouez, transporter un rouleau complet c’est plutôt galère, et courir derrière le mec qui a prit le seul rouleau dispo, ça énerve. Par contre, vous avez toujours un stylo ou deux dans votre sacoche !

Stylo gaffeur, dévidoir de scotch, ducktape
Mes stylo-gaffeur pour stocker mon scotch lors des tournages

Prenez votre stylo, enroulez-le de scotch, d’adhésif isolant de différente couleurs, bref de tout ce dont vous aurez besoin autours du corps du stylo jetable.. Et vous en aurez toujours 5 mètres sous la main. Vous pouvez faire de même avec votre feutre indélébile et hop, vous avez une solution pour marquer rapidement du matériel ou des caisses.

2) Le protège genoux de carreleur.

Nous allez devoir durement cadrer un genoux à terre, ou disposer du matériel ou des marque au sol, et rien de plus désagréable que de s’abimer les genoux sur le sol. les carreleurs connaissent bien ce soucis.

Exemple de protections pour vos genoux !
Protège genoux, une pièce essentielle d’équipement !

Dépensez 25€ pour des genouillères discrètes, et économisez vos genoux. Vous me remercierez dans vos vieux jours.

3) Marquer une batterie HS.

Quand vous avez comme moi une dizaine de batterie, il est parfois difficile dans le sac de reconnaitre celle pleines de celles vide. Là deux solutions s’offrent à vous.

Le cache connectique peut jouer le rôle de détrompeur. Si il est coté connectiques, la batterie est pleine et prête à être utilisée. Sl il est mis de l’autre coté et que les connectiques sont à nu, la batterie est alors vide.

Exemple de marquage des batteries en utilisant les caches connecteurs
Exemple de marquage des batteries en utilisant les caches connecteurs, pleine à gauche, vide à droite !

Le gaffeur rouge peut être un bon indicateur, mais prends plus de temps en tournage. coupez et placez du scotch isolant rouge sur le haut de vos protèges-batteries.Lorsque la batterie est pleine, mettez-le verticalement, lorsqu’elles sont vide horizontalement, de manière à ce que le blanc du cache batterie apparaisse.

Marquage des batteries avec du gaffeur
Marquage des batteries avec du gaffeur. Pleine à gauche, vide à droite

4) Le scratch en rouleaux

LA solution la plus fiable pour rangr vos cables sans prise de tête. Il est souvent prédécoupé, coté velour d’une face, coté accroche de l’autre. Trouvez-les sans dévidoir. C’est moins cher, et tout aussi pratique. Privilégiez les couleurs fluo. Peu de risques d’oublier un câble comme ça !

5) Ayez toujours quelques mousquetons sous la main.

Que ce soit pour transporter des câbles à la ceinture,  improviser une attache, servir de tire-fort avec des cordes,  improviser une poignée, ajouter une prise au transport de matériel lourd, ou plus simplement servir de porte-clé, c’est essentiel !

Cable XLR attache avec du scratch en rouleaux
Voilà un câble bien fixé et bien visible ma bonne dame !

6) Ayez le réflexe serflexe et réutilisez-les !

Les serflexe sont autobloquant, et beaucoup les coupent en fin de tournage, mais vous pouvez les récupérer ! Glissez la pointe d’un couteau ou d’un petit tourne-vous plat dans le clips et tirez. Vous pouvez aussi les serrer à l’envers (Les dents vers l’extérieur) si il n’y a pas trop de tensions dessus. Ce qui permet de les enlever facilement en tirant simplement dessus

Vous avez d’autres astuces ? Partagez-les en commentaires ou sur notre forum ! Bon tournage !

[Tuto] Les prises pour l’audio ? Le Jack

Dans la vidéo, nous vivons dans un enfer de prises et de câble. Votre responsable technique ou votre ingé son jongle avec tout ça dans une aisance déconcertante mais si vous n’avez pas la chance d’en avoir un sous le coude, et que vous devez vous débrouiller tout seul, cet article vous sera fort utile

Le Jack, mais qu’est-ce que c’est ?

C’est un format de prise. Le plus démocratisé (Depuis le Walkman de Sony, c’est devenu le standard grand public pour l’écoute), mais loin d’être le plus pratique. Il existe en différents formats et différents types de connectiques.

Les différentes tailles :

Le jack peut avoir differentes tailles suivant l’usage que vous allez en faire

Le Jack 1/4 de pouce (6.35mm) principalement utilisé par les musiciens, sur les tables de mixage et certains micros. Robuste et pas cher !

Le jack (3.5mm) lui est utilisé pour les micro multimédia et les écouteurs grand public. Plus fragile, mais moins encombrant et moins cher. On comprends aisément pourquoi il a été utilisé sur les baladeurs puis aujourd’hui par les téléphone.

Le minijack (2.5mm). Utilisé sur certains casques est extrêmement fragile et très peu rencontré.

Bien sur il existe différents adaptateurs pour passer de l’un à l’autre. mais attention au brochage !

Les différents brochage :

Un jack est composé d’anneaux isolants et de connecteurs sous formes d’anneaux. Plus il y a d’anneaux plus il peut y avoir de canaux

Les prises TS

Tip + Sleeve. Le Jack n’utilise pas uniquement des anneaux mais aussi le bout de la prise, et le manchon. Utilisé pour le mono, nous avons donc le signal audio sur le bout et la masse sur le manchon

jack mono (TS) 6.35mm)
Un exemple de jack mono d’une guitare électrique

Les prises TRS

On retrouve toujours notre Tip et notre Sleeve mais un petit nouveau à pointé le bout de son nez, le Ring (Les anglophones et/ou fan de hérissons super-soniques auront comprit qu’on parle enfin vraiment d’un anneau). Ça va commencer à se compliquer. Plus de connexions, plus d’utilisations. On peut distinguer deux usages communs distincts. La connexion symétriques mono et asymétrique stéréo.

Jack TRS 3.5
Un exemple de Jack 3.5mm prisé TRS.

La connexion stéréo. Là, rien de compliqué. On utilisera simplement le bout (Tip) pour le canal de gauche, l’anneau (Ring) pour le canal de droite, et le manchon (Sleeve) pour la masse. Exactement comme le TS, mais avec une borne et un fil en plus. Ce qui permet d’économiser un connecteur et un câble par rapport au TS
Astuce : Si un jour vous devez modifier ou câbler une prise jack, voici un moyen mnémotechnique pour retenir. Masse = M = Manchon et Droite = Right = R = Ring 😉

La connexion mono symétrique. A la place d’utiliser chaque connecteur pour envoyer deux canaux  séparés, dans le monde professionnel, ce qui importe plus que le prix et l’encombrement, c’est la qualité du signal arrivé. Plus le câble est long, plus les perturbateurs électromagnétiques sont nombreux. Quand un signal arrive perturbé, le bruit généré par ces perturbations est forcement amplifié. Donc pour sécuriser le signal, il est envoyé une fois normalement, et une autre fois inversé (en opposition de phase) ce qui permet à l’arrivée de pouvoir nettoyer le signal d’encore plus de parasite qu’avec une simple masse (qui je ne rappelle sert aussi de blindage).
Attention : Pour utiliser du mono symétriques, il faut que l’émetteur et le récepteur du signal soient tout deux compatible.

Note : La connectique TRS est aussi utilisée sur les effets en insert des tables de mixage mais nous ne nous étendrons pas là dessus pour le moment.

Le TRRS. Vous avez compris le principe de nommage. Tip Ring Ring Sleeve. Donc le manchon, le bout et deux anneaux ce qui nous fait trois canaux et une masse. Utilisé majoritairement sur les mobiles, vous aurez surement l’occasion de vous en servir avec des produits comme le Smart Lav de RØDE, ou en utilisant votre kit main libre comme micro cravate. Étudions le aussi !

Commençons par celui en cours de disparition/disparu. L’OMTP (Open Mobile Terminal Platform). Il est/était très proche niveau construction de ce qu’on peut retrouver sur le TRS stéréo. Le micro est juste rajouté sur l’anneau le plus haut. Nokia et Samsung l’utilisaient. Ainsi que Sony. On peut d’ailleurs retrouver ce connecteur sur la PSP par exemple.

Nokia 1616
Nokia 1616, un exemple de téléphone exploitant le Jack TRRS

Le standard actuel est celui de la CTIA (Cellular Telephone Indusrie Association) Il a été imposé de fait par le succès de l’iPhone de Apple et reprit par la suite par les autres membres de la CTIA comme Nokia (Oui oui encore eux), LG et Motorola. A noter que c’est ce qui est utilisé aussi sur la majorité des téléphone Android. Il y a donc de fortes chances que ce soit celui-ci qui vous intéresse. Ce standard met la masse sur le troisième anneau et le micro sur le manchon.

Note: Le troisième canal peut être utilisé pour transmettre un canal vidéo composite dans certains lecteurs vidéo mobile ou camera vidéo.

« Fiche le camp Jack ! »

« Et ne reviens plus jamais ! – Qu’est-ce que c’est ?! » certains auront reconnu Richard Antony qui repompe de Ray Charles, mais au delà de l’histoire d’un mec qui se fait jeter, le Jack n’a que peu de place sur un tournage. Ceux qui ont eut le loisir de se rendre compte qu’un des câbles était débranché en fin de tournage savent de quoi je parles.

Prises combo jack XLR sur un Zoom H4N
Le Zoom H4N accepte le jack 6.35mm ET le XLR en entrée pour plus de souplesse !

Il n’offre aucune sécurité de connexion et dès qu’un acteur peu attentif traine les pieds, la personne en charge du son s’arrachera les cheveux. Une alternative s’offre à vous. Le XLR, mais ça sera sur un prochain article !

En bref, le Jack, ça dépanne, mais c’est rarement le meilleur choix. Des questions ? Besoin de précisions ? N’hésitez pas à les poser en commentaire ou sur le forum !

[Tuto] Comment investir de manières intelligente ?

Quand je passe sur Twitter le matin je vois des gens demander « Oui, je dois acheter quoi ? » ou encore « J’aimerais faire des vidéos, il me faut quelle camera ? » ou même « Je veux un micro, je prends quoi ? ». C’est bien de collecter des avis, des retours et autres informations mais il y a des techniques pour investir de manières intelligente. Je vais vous présenter la mienne.  Elle est plutôt fiable et les deux seules fois où j’ai cédé à la facilité et que je ne l’ai pas appliqué, c’est sur les deux seuls achats que je regrette.

(Pour certains, cela pourra paraître être du bon sens, mais croyez moi, ce n’est pas le cas pour tout le monde)

Définissez vos besoins !

Peu importe dans quoi vous allez investir, vous allez acheter un outil. De manière générale, plus un outil est spécialisé, plus il est efficace dans son domaine. Posez-vous les bonnes questions. Imaginez-vous en situation de tournage. Réfléchissez à votre installation et aux problèmes qui pourraient en découler.

Prenons l’exemple d’un micro :

Est-ce qu’il doit être dans le champ de la camera ?
Si il doit être dans le champ de la caméra, il vous faudra quelque chose de discret et/ou esthétique.

Est-ce que je vais faire exclusivement des voix off ?
Si vous faites des voix off, peu importe le design et la taille, il vous faudra un micro qui rends la voix le mieux possible

Est-ce que j’ai une équipe derrière ?
Si vous avez une équipe derrière, tant mieux, vous avez des bras pour le manipuler, sinon, il vous faudra quelque chose de simple à opérer, presque automatique et sans réglages

Que vais-je enregistrer ?
Si vous enregistrez du son d’ambiance, une voix off, des acteur dans le champ d’un camera, ou à distance ou même une interview, la directivité et donc le type de micro seront différents.

Quel est mon objectif qualité et ai-je les connaissances pour m’en servir ?
Vous voulez un son Potable ? Correct ? Bon ? De qualité pro ? Restez raisonnable. Plus vos objectifs qualité son hauts, moins les prix seront abordables et on peut se retrouver très vite avec du matos inadapté car compliqué a utiliser de manière optimale.

Ce sont autant de questions qui vont définir les caractéristiques de ce que vous recherchez. N’hésitez pas a les noter, et à en rajouter à chaque fois que des contraintes s’ajoutent et commencez à vous renseigner ! Google est plein de sources intéressantes que ce soit en anglais ou en français.

Etude de cas :

Jean-Kevin veut faire du let’s play et ne souhaite pas montrer son visage. Il fait donc de la voix off. Il se fiche un peu de son son et aimerait une qualité potable sans pour autant être pro.
Un micro-casque pourrait lui convenir, avec une carte son USB de bonne qualité pour éviter les bruits de fond parasite de la carte son intégrée de son ordinateur. Pas besoin d’investir dans gros micro et un gros pied de fou pour notre ami Jean-Kevin !

Jeanne-Marie fait des tutos beauté et ne peut pas se permettre d’avoir un micro dans le champ quand elle se maquille. Elle est à bonne distance de son appareil photo et aimerait avoir une qualité de son plutôt bonne, mais elle filme seule.
Un micro hypercardioïd à monter sur la griffe flash de son caméscope et qui se branche sur l’entrée ligne de ce dernier serait le plus approprié. Il ne demande aucune manipulation ou presque et sortira un son clair et avec peu de son d’ambiance.

Définissez votre budget

Sortir de l’argent pour de l’équipement n’est pas toujours facile, mais des fois, nous n’avons pas le choix. définissez votre budget maximal. Ne vous laissez pas berner. Ce n’est pas parce qu’on peut faire de bonnes affaires sur internet que vous pouvez avoir, disons, une camera de qualité pour 25€ Sachez rester réaliste

Une fois votre budget arrêté, écumez pendant une à deux heures les sites marchands en ciblant votre budget maximum et en vérifiant que le matériel corresponds à vos besoins dans les spécifications techniques. Faites une sélection, notez la marque et le modèle de chaque et si ils engendrent des frais supplémentaires. (Pied de micro, adaptateurs, etc.)

Vous ne trouvez pas dans votre tranche de prix ? Repassez à la première étape et essayez de mieux cibler vos besoins, ou revoyez votre budget à la baisse. Ou mieux, patientez et économisez !

Lisez les review et regarder des exemples d’utilisation

Les sites qui réalisent des tests sont une formidable source d’information, donc n’hésitez pas a les écumer. Tapez « test » ou « review » suivi du nom du model de l’appareil que vous recherchez et vous trouverez plus de résultats que de saints au paradis..

Vous ne vivez pas au pays des bisounours. Les tests ne sont pas toujours objectifs. Vérifiez que le test viens bien d’une source en laquelle vous pouvez avoir confiance. Croisez différents tests pour être sur que les avis se recoupent.

Pour finir, regarder les exemples d’utilisation que vous pouvez trouver sur Youtube. Quand quelqu’un est content ou mécontent de son matos, la tendance actuelle est de faire un unboxing et un petit test avec. C’est à votre avantage ! Tout colle ? Vous avez trouvé le meilleur rapport qualité/prix ? Vous pouvez passer à la caisse ! Oui, mais où ?

Privilégiez les sites de confiance

Avoir un prix bas, c’est bien. Avoir de la qualité de service c’est mieux ! Si vous économisez 15€ sur un achat, et que lorsque vous appelez le service après-vente personne ne vous réponds, vous aurez l’air fin avec vos 15€ d’économiser, et votre matériel en panne sans interlocuteur.

Privilégiez les boutiques en Europe. Vérifiez que des informations de contact soient disponible dans « à propos » et recherchez systématiquement les avis sur les boutiques en ligne.

Votre matériel ne vous satisfait pas ? Faites jouer les 14 jours de délais de rétractation. pensez à tout garder et à le déballer proprement pour être sur qu’il soit reprit par la boutique.

Vous voilà prêt à ne JAMAIS regretter un achat et à avoir le meilleur pour vos pièces sonnantes et trébuchantes ! Des questions supplémentaires ? Le forum est là pour vous aider, et postez vos achats en commentaires !  Nous sommes de vilains curieux ! :)

[Tuto] l’importance de la prise de son au tournage

Quand vous faites une vidéo, vous racontez une histoire ou vous transmettez une idée par le biais de dialogues ou d’un texte face camera et au delà de la forme, le plus important, c’est le fond et le moyen de le faire passer ! Nous allons voir comment capturer le son sur votre tournage, en partant de la solution pro et en descendant petit à petit dans le budget. Je passerais sur les coûts et techniques annexes pour le moment.

Sur un tournage « cinema »

Sur les gros tournages, il est commun d’avoir un ou plusieurs perchistes qui capturent la voix des acteurs au plus prés. Cela évite d’avoir un micro-cravate dans le champ (Ce qui est peu esthétique pour un film par exemple, alors que tout-à-fait admis en reportage), tout en ayant un son très propre.  Voyons les avantages et inconvénients de cette méthode d’enregistrement.

un perchiste/cadreur par Sebastiaan ter BurgUn perchiste/cadreur par Sebastiaan ter Burg

Les avantages :

  • Vous avez un son de qualité, avec un contrôle total.
  • Vous bénéficiez des services d’un expert en son dès le tournage, ce qui évite de mauvaises surprises
  • Les enregistreurs numérique pro, comme le Roland R4PRO permettent de limiter les saturations, d’avoir un égaliseur, un compresseur et une porte de bruit intégrée même si on vous conseillera de laisser tout cela inutilisé et de vous en occuper plutôt au mixage
  • Des connectiques pro, avec système de verrouillage, ce qui évite les mauvaises surprises au derush.
  • Le perchiste a le monitoring directement dans les oreilles
  • Le support des timecodes pour avoir une synchronisation des pistes au montage quasiment automatique
  • L’enregistrement sur disque dur ou SDD ce qui évite de changer de carte SD toutes les 4 heures
  • Le perchiste à directement l’enregistreur en bandoulière et peut facilement modifier le gain en temps réel

Les inconvénients :

  • Le prix. Au delà du matériel qui monterai à plusieurs milliers d’euros, il faut payer le technicien. Ce type de matos requiert une certaine expérience pour en tirer une qualité acceptable et l’expérience se paye.
  • Un perchiste avec des bras en acier, et les connaissances en audio nécessaire, ça court pas les rues… C’est lourd comme matériel.
  • L’autonomie est limitée, prévoyez un stock de batterie

Le kit et son prix :

  • Le perchiste : 960€/semaine de tournage
  • Vous voulez un ingé son sur le plateau ? juste pour être sur ? 1500€/semaine de tournage
  • Enregisteur Edirol R-4 PRO : 1990€
  • Pour la sacoche du R-4 PRO, comptez 250€.
  • Micro canon stéréo Audio-Technica BP4027, 900€
  • Un systeme antivibration type Rycote 80€
  • Perche environ 600€

Soit un total de 3820€  à l’achat et 2500€ de salaire par semaine. Bref, je ne pense pas que vous en soyez là, sinon, contactez-moi ! J’ai de bons bras !

Sur un tournage de court métrage

Voyons déjà quelque chose d’un peu plus raisonnable. Admettons que vous ayez une petit équipe pour faire un court et un peu de budget,  quel est le kit standard ? Un petit enregistreur portable, un perchiste, un micro canon moyenne gamme et roulez jeunesse !

Le Zoom H6

Le Zoom H6, petit pratique et flexible

Avantages :

  • Matériel léger et facilement transportable
  • Les enregisteurs numériques « de poche » type Tascam ou Zoom sont souvent alimentés par des piles. Si vous êtes en panne, vous pourrez aller au supermarché du coin.
  • Pour les supports d’enregistrement, facile, des cartes SD !
  • Pas besoin de sacoches spéciale pour le transport. Une poche suffit.
  • Possibilité d’avoir un retour comme les grands
  • Le prix !

Inconvénients :

  • Limité au niveau du contrôle du gain sur bien des models (Souvent, on se retrouve avec une série de boutons a presser pour modifier le gain de la piste)
  • Pas de gestion du timecode, donc synchronisation au clap obligatoire
  • Nombre d’entrées limitée
  • Pas (ou rarement) de sécurisation des connexions. Attention aux pieds. Un câble débranché est si vite arrivé.
  • Perche moins chère = plus lourde.

Le kit et son prix :

  • Enregistreur Zoom H6 450€
  • Micro Canon Rode NTG-2 250€
  • Perche en alu 120€
  • Perchiste : un mec dans le coin 0€

Soit 820€ pour une qualité tout-à-fait acceptable, mais hey, c’est un kit court-métrage. Vous n’avez pas le même budget que ces rupins du dessus qui filment avec des RED One ! Vous avez déjà un très bon kit, croyez-moi.

Le minimum vital

Lorsque vous filmez seul, ou que vous avez un budget extrêmement serré, impossible d’investir dans un bon micro et un enregistreur numérique. Encore moins possible d’avoir un perchiste souvent. Les micros vidéo amateur sont peu chers et polyvalents.

Le Rode Video Mic
Le Rode Video Mic

Avantages :

  • Pas d’enregistreurs à acheter, le son est directement enregistré par l’entrée micro du caméscope ou de l’appareil photo
  • Pas de synchronisation à faire. Tout est sur le même fichier
  • Possibilité de le fixer sur la griffe flash

inconvénients :

  • Qualité aléatoire
  • Difficulté de gérer les niveaux
  • La marge de manœuvre est limitée. la source sonore devra être proche de la camera.
  • Qualité de construction médiocre

Le kit et son prix :

  • Rode Video-mic 120€

Ghetto-style !

Alors, si vous n’avez pas un rond, je vous invite à fabriquer des micro cravate grace à un vieux kit main libre et vous servir de votre téléphone comme enregistreur. On est loin d’avoir quelque chose de « bon », mais c’est acceptable.

Avantages :

  • Pas cher…
  • Rapport qualité/prix imbattable

inconvénients :

  • Qualité audio médiocre
  • Obligé de synchroniser la vidéo et l’audio
  • Pas de monitoring

Le kit et son prix :

  • Un téléphone portable 0€
  • Un vieux kit main libre 0€

Bon, on fait avec ce qu’on a ! Allez voir cet article pour plus d’infos sur le matériel fait maison

Conclusion

Tout ces kits sont des exemples. Vous pouvez bien entendu mixer le tout pour vous faire quelque chose de personnalisé.Sinon, vous, votre kit se compose de quoi ? N’hésitez pas à nous le dire en commentaire ou sur le forum. Ça nous intéresse grandement !

[Tuto] Budget 0€ – « Je fais des mauvaises vidéos car j’ai une mauvaise caméra ! »

Vous êtes-vous déjà confronté à cette affirmation ? L’avez-vous déjà dit à des amis, ou à des abonnés qui remettaient en doute votre travail ? Ça parait légitime. On peut rien faire sans bonne camera ? Si et je vais vous le prouver dans cette série d’articles ! Notre budget pour faire des vidéos sera de 0€ !

« Si seulement j’avais une bonne camera »

Vous rêvez jours et nuit d’une camera pro ? Ho oui j’en suis sur ! Vous rêvez aussi de haute résolution, de 4K peut-être, même ! Sauf que laisser un bon outil dans les mains de quelqu’un qui ne sait pas s’en servir, cela donne quelque chose d’ignoble. Pour preuve, Onision s’est amusé avec une grosse camera RED et met en exergue les erreurs des vidéastes débutants.

(Petit traduction du carton de départ : « Les camera RED sont géniale pour filmer si vous n’être pas un débile fini qui ne sait pas ce qu’il fait. Cette vidéo est une démonstration de ce qu’il se passe lorsque vous placez la bonne camera entre de mauvaises mains.)


En somme, ce n’est pas parce que vous dépensez $30 000 dans une camera que vous allez produire des vidéos ou des films corrects. Bien au contraire. Vous allez perdre masse de temps et d’efforts. Mais avant de l’acheter et pour être sur que c’est ce que vous désirez, vous pouvez toujours la louer ! 900€/jour pour le résultat ci-dessus, c’est tout à fait raisonnable !

Filmez avec ce que vous avez !

Multi-channel nous a gratifié d’un article fantastique sur le matériel fait maison, alors pourquoi ne pas vous en servir ? Vous avez quoi pour filmer ? Un smartphone ? Une webcam ? Un petit caméscope familial ? C’est amplement suffisant pour débuter. Si la vidéo est vraiment votre passion, vous jouerez de ces contraintes. Vous maîtriserez votre matériel quel qu’il soit et arriverez TOUJOURS à faire quelque chose de bon.

Un exemple ? Deux courts métrages filmés avec des téléphones.
Limbo, de Vinod Bharathan

The Other Side, de Conrad Mess (Allez voir le reste de son travail, c’est intéressant ! :) )

Pour le prochain épisode de Budget 0, la chasse au matériel !
Et vous, vous y croyez au Budget 0 ? Venez en parler sur le forum ou en commentaires !