[Tuto] Pourquoi une chaine Youtube ?

Vous y voilà, fébrile, les mains moites, presque tremblante. Vous allez créer une chaîne YouTube ! Oui, comme votre idôle. Vous allez devenir riche, célèbre et aurez plein de filles/garçons dans votre (futur) luxueux lit en draps de soie. La grande classe quoi.

Oui, mais voilà, créer une chaîne (que ce soit sur YouTube, Vimeo ou Dailymotion), ça demande un minimum de réflexion en amont. Tous les grands (et les petits) ont commencé quelque part et vous allez aussi commencer par cette étape : le choix de votre chaîne.

Choisir son thème

 

D’abord, posez-vous quelques questions : qui êtes-vous ? qu’aimez-vous dans la création de vidéo ? qu’avez-vous envie de partager au monde entier ?
Si vous aimez les let’s play, peut-être êtes-vous plutôt un créateur de courts-métrage de génie ou peut-être que vous aimez l’humour, mais vous sentez plus de faire des vidéos expliquant la magie de la langue française.
Avec vos envies en tête, il vous sera plus aisé de définir ce que sera votre chaîne et son thème, que ce soit une chaîne de top, musicale ou d’un sujet vous étant cher (et sur lequel vous prendrez plaisir à passer du temps).

Chat Viral (logo de chaine fictive)

Bien sûr, rien ne vous oblige à vous cantonner à un seul thème. Vous pouvez être un youtubeur de timelapse et offrir à vos abonnés des review de matériels de temps à autre, mais il est parfois désagréable de s’abonner à une chaine de présentations de plats japonais et de se retrouver tous les deux jours avec des montages de gifs de chatons (pas toujours mignons en plus) quand on s’était abonné pour découvrir des mets exotiques.

Apprenez à vous connaitre, restez varié (ne vous enfermez pas dans un format), mais pensez à ce que veulent vos abonnés et aux raisons de leur abonnement.
Et si vous voulez faire une chaine parlant de vous, avec tout ce que vous aimez, avec un contenu plus que diversifié, n’hésitez pas, mais ne vendez pas ça comme une chaine spécialisée dans un domaine.

Choisir un nom

 

Voilà un moment compliqué. Vous savez ce que vous voulez faire sur votre chaîne, mais il va falloir définir un petit nom.

Ce nom servira de nom au projet (à la chaine et aux vidéos), à vous faire connaitre et donc à assurer le succès de votre projet.
Inutile de s’appeler FrancisPiano si vous ne touchez aucunement à la musique et faites des vidéos de la nature (surtout si en plus votre prénom c’est Anatole).

N’hésitez pas à prendre une feuille blanche (ou d’ouvrir une fenêtre Notepad, voir écrire au feutre sur votre tapisserie) pour réunir quelques mots qui vous viennent à l’esprit et sont dans votre domaine. Écrivez en haut votre thème et allez sur des dictionnaires (en ligne ou en papier) chercher des synonymes, termes proches, n’utilisez pas d’écriture biscornue (inutile que vos fans écorchent votre nom à chaque fois qu’ils vous font de la pub) et soyez innovant (pas besoin de s’appeler Joueur de la cave ou Sighzie).

Chips Hell, la chaine avec du sel

Bien entendu, vous pouvez vous faire connaître sans même évoquer le thème de votre chaîne dans son nom, mais cela aidera les gens dès le premier regard à savoir ce que vous faîtes. Un nom tel que SimoneDu27 n’aide pas à savoir qu’il s’agit d’une chaine de musique pop, à titre d’exemple.

Le nom de votre chaîne comme son contenu doit refléter ce que vous aimez faire. C’est un projet sur lequel vous allez passer énormément de temps, donc autant que cela vous corresponde et ne devienne pas une corvée au bout d’une semaine.

Voir mes autres tutoriels sur les bases d’une chaine YouTube ?
Pourquoi une chaine Youtube ? (vous êtes ici)
L’habillage de base d’une chaine Youtube

[Tuto] écrire avec un gueuloir ?

Vous écrivez votre texte pour vos acteurs ou vous-même ? Vous ne trouvez pas que tout cela sonne faux, trop formaté ? On va ressortir une astuce d’écriture qui nous vient tout droit d’un gros badass, né dans les eighties ! 1880’s même ! Notre bon vieux Gustave Flaubert.

Il va nous servir à quoi ce Gugus ?

Haha, je m’esclaffe. « LOL » comme disent les jeunes. Gugus, Gustave. Le gueuloir est un endroit (Physique ou imaginaire) où l’on peut déclamer son texte aisément, pour ensuite le remanier. L’intérêt de cette technique est de faire « sonner le texte juste » preuve par l’exemple .

Texte non remanié

J’attendais patiemment le bus B, Assis face à l’hôtel de ville. Tout à coup, un homme vêtu de noir et le visage maquillé de blanc se mit à gesticuler devant moi. Je ne savais plus vraiment où me mettre.

Une fois lu, OK, c’est joli, ça sonne plutôt bien, mais ça ne sonne pas naturel pour quelqu’un parlant à un collègue de travail à la machine à café. Imaginez-vous, ou votre acteur entrain de raconter une anecdote. et réécrivez comme vous le sentez. Oubliez les effets de style, allez à l’essentiel.

Texte remanié (Machine à café, à un collègue)

J’attendais le bus, pour venir au boulot, t’sais, arrêt Hôtel de ville comme d’hab. Là, devine quoi ? T’as un guignol qui vient squatter pile devant ma tronche et qui se met a danser la macarena ou je sais pas quelle connerie. La honte quoi…

On sent que c’est plus naturel et dans le ton détendu d’une machine à café. La diction est feignante, le niveau de langage familier. Bref, ca colle. Essayez d’appliquer cet exercice en imaginant vos acteurs parler.

Au tournage, et ou avant, parlez avec vos acteurs.

Cela peut permettre de cerner dans quel type de texte il sera le plus à l’aise. Surtout si vous n’avez pas affaire à des acteurs pro. Au moment du tournage, n’hésitez pas à refaire deux ou trois prises  où vos acteurs improvisent. Ça coute qu’un peu de place sur une carte SD et les acteurs pro adorent ça. Ça permet de se la péter et de se mettre un peu mieux en valeur. On ne le répètera jamais assez, soyez cool avec vos équipes, laissez leur un peu les coudées libres 😉

[News] Streamer sur Youtube en 60FPS ?

YouTube a racheté Twitch. C’est bien, mais la base d’utilisateurs de YouTube est plus grande que celle de Twitch. Google décide donc de combler l’écart entre YouTube et Twitch en intégrant la possibilité de streamer à 60 FPS.

Pas encore accessible pour tout le monde !

En effet, l’option de YouTube n’est pour l’instant disponible qu’en beta. Pour pouvoir visionner ces lives à 60FPS, il faut disposer d’un navigateur exploitant les technologies vidéos de HTML5. Autant dire que pour l’instant le nombre de diffusion en 60FPS est limité.

cela va apporter une plus grande fluidité pour les streamer de jeux et les diffusions qui bougent beaucoup, comme les sports, ou les vidéos de chat trop mignonnes ! ^________^ Neeeeeeeeeeeeee KAWAI DESU NE ?!

L’avantage de YouTube par rapport à Twitch est forcement l’absence d’obligation de streamer du jeu vidéo et sa forte audience. Sans compter le transcodage automatique de vos vidéos en plusieurs qualités, sans avoir à atteindre une certaine limite de viewers.

Bon stream à tous.

[News] Le futur aimant à Start-Up de la France ?

Notre chère secrétaire d’état au numérique, pour se retailler un costard après les lois liberticides passées récemment, décide de se racheter un joli trois-pièces politique chez les meilleurs tailleurs étrangers. (Oui, on le rappelle, Notre petit Tatave national (Octave Klaba) avait menacé de déménager OVH à l’étranger)

Un « French Tech Ticket » pour les 50 meilleurs !

Pour faciliter l’implantation en France des start-up étrangères, ils proposent, pour les 50 meilleurs projets, un gros kit de démarrage comprenant :

  • L’obtention rapide de visa de travail et de résidence
  • Un prix de 25 000€ sur un an
  • Des locaux mis à disposition dans une pépinière d’entreprises partenaire
  • Un suivi dans la gestion du projet.

Il faut être un minimum de trois dans la future société avec un maximum d’un ressortissant français.

Envie de vous lancer dans une startup autour de l’audio-visuel ? Trouvez deux potes étrangers et montez un dossier ! http://www.frenchtechticket.paris (Sinon, crevez la bouche ouverte avec l’huissier qui adjuge à coups de marteau les reste de vos rêves)

C’est bien connu, on a pas de talents dans les nouvelles technologies en France… :) Hein ma petite Axelle ?

[Article] La course au volume, le cancer audiophile

Avez-vous déjà entendu parler de la course au volume ? Non ? Cela ne m’étonne pas. Depuis les années 80, les maisons de disque jouent avec nos oreilles pour mieux se remplir les poches. Hé oui mes amis. Je vais vous expliquer tout ça dans le détail.

Tout commença à la radio.

Les maisons de disque diffusent leurs artistes à la radio, dans des diffusions sponsorisées. Pour tirer le meilleur parti de l’argent investi, il fallait donc que l’auditeur retienne la chanson. Qu’elle sorte du lot, mais comment faire ? Des jingles pour l’annoncer ? Des concours spécifiques ? Si, vous savez, les « Si vous entendez X fois le titre de *Insérer un artiste ici* gagnez une place de concert ! ». Tout cela n’est pas innocent. Ça fonctionne, mais c’est beaucoup d’investissement pour peu de retour au final donc si on montait le volume ?

L’idée était lancée ! Augmenter la volume de ses titres pour les faire gueuler dans les enceintes de Mamie Renée. Mais on a pas le contrôle, sur le volume de la radio de Mamie Renée. Heureusement, les maisons de disques ont des ingénieurs son qui produisent le master.


Une vidéo explicative du problème en anglais. Les images parlent d’elles-même. Le son aussi.

Un ingénieur plus maître du mix de son Master ?

Le Master, c’est la version finale du morceau, en haute qualité destiné au pressage des CD, à la diffusion radio etc. Pour augmenter le volume général, tout en évitant la saturation, il faut commencer par baisser les instruments trop forts. Percus, solos de guitare et cuivres. On peut ensuite facilement amplifier le volume général du titre sans saturer le son. Ce qui fait nettement faire perdre en profondeur. Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi les audiophiles trouvent le son des vinyles plus riche et souvent plus « rond et chaud » ?

Evolution de Something, des Beatles de 1983 à 2000
Evolution de Something, des Beatles de 1983 à 2000

La compression au service de la rentabilité !

Quand on parle de compression en son, on ne parle pas de compression de la taille du fichier (FLAC, MP3, OGG…) mais bien de compression de forme d’onde. Il y a forcément des hauts et des bas. La compression aide à remonter les bas volumes d’une piste et baisser les hauts volumes au prix d’un son peu naturel, extrèmement « télé ». Grâce à l’informatique musicale, on se retrouve avec des formes d’onde monstrueuses. Prêtes à déborder de l’écran et vomir dans vos oreilles.

Exemple de compression à l’appui :

 

Ne participez pas à cette guerre qui n’est pas la vôtre. Compressez de manière modérée le son dans vos vidéos. Où il n’y a pas de place pour le silence, il n’y a pas de place pour la profondeur.