Tutoriels-Tournage

Les FPS, le 60 Image Par Secondes, C’est Le Mal!

Les FPS, le 60 Image Par Secondes, C'est Le Mal!
Written by Kainou

Depuis que Youtube propose le 60 images par secondes, c’est la guerre à la fluidité qui s’est ouverte et ce n’est pas une bonne chose. Je vois des émissions voulant à tout prix diffuser en 60IPS, mais ce n’est pas toujours un choix judicieux.

« Les yeux ne voient pas la différence entre 24 et 60 FPS ! »

Qu’est-ce que j’ai pu l’entendre cette phrase. Tranchons tout de suite la tête de cette idée, c’est FAUX. A partir de 24 images par secondes, l’œil humain  et son cerveau a une impression de fluidité. Fluidité accentuée par plusieurs astuces utilisées dans le cinéma. Par exemple, si vous regardez une seule image d’un film, vous vous rendrez compte qu’il y a un flou de mouvement, ce qui permet d’accentuer l’impression de fluidité en cassant les traits nets. La diffusion en salle obscure aide aussi à optimiser la persistance rétinienne. Les cadences d’images supérieures ne s’embarrassent pas d’artifices comme le flou de vitesse, ce qui donne des images nettes et très fluides avec un très bon piqué qui font donc ressortir encore plus des défauts de la peau des acteurs et des accessoires.

Une contrainte technique ou parti-pris artistique ?

Ce qui est à l’origine une contrainte est devenu un choix artistique. Pendant des dizaines d’années, nos cerveaux contraints dans les cinémas ont formé des associations telles que 24 images par seconde égal cinéma, tout comme le 4/3 nous fait de suite penser aux vieilles télés à tube cathodique. L’essor du jeu vidéo a introduit d’autres réflexes dans notre cerveau. Les 60FPS souvent nécessaires à la bonne lisibilité du jeu nous ont créé un nouveau biais au sein de notre esprit. 60FPS = Synthétique et numérique. Le contrainte a disparu dans la majorité des cas. De plus en plus de diffuseurs acceptent les framerates élevés. Les habitudes prises par notre cerveau n’attendent que d’être manipulés par les réalisateurs comme les ratios d’images d’antan.

Quel framerate choisir ?

Il faut se poser cette question dès le tournage. Vous ne pouvez pas regagner en fluidité artificiellement sauf en accélérant votre métrage, par contre en tournant à une cadence d’image élevée, vous pourrez faire un ralenti facilement tout en gardant un maximum de fluidité. Petit calcul rapide, vous diffusez à XFPS, et vous voulez un ralenti qui divise la vitesse par Y ? Multipliez donc par Y le nombre de FPS de votre format de diffusion et vous aurez la cadence idéale d’image à laquelle filmer.

X x Y = Cadence idéale ! Petit exercice pratique. je diffuse à 30 FPS et je veux ralentir 8 fois ce que j’ai filmé. Donc 30 x 8 = 240 images par secondes.

Utilisez la diffusion de hauts framerates sur des sujets qui bougent très vite et qui doivent être parfaitement décomposés. Documentaire animalier, vidéo de sport, jeux vidéos ou si vous avez envie de donner une notion d’irréel. Par exemple, Freddy Wong, dans ses productions regroupant univers de jeu vidéo a songé à utiliser le 60 images par secondes pour donner cet aspect « jeu ».

Pour finir, qui peut le plus peut le moins. Vous pouvez mixer dans une vidéo à 60IPS des métrages à 60 et à 30 pour distinguer le monde réel et le jeu vidéo sur une production mixant les deux mondes.

Vous filmez en 30 FPS ? 60 ? Vous diffusez à combien ? Des réactions, venez en parler en commentaires, on mange personne !

 

 

About the author

Kainou

Je fais plein de choses. Je suis un grand fan de Youtube, j'ai quelques petites chaînes Youtube, je bosse de l'audiovisuel et je m'occupe de ce site. J'aime le fromage de chèvre et j'ai du poil. Tout est dit ! :)

Leave a Comment